La Ville d’Obock est la capitale Régionale de la Région d’Obock située au Nord de la République de Djibouti. Elle est située à l’entrée de la Mer Rouge prés du Détroit du Mab-El-Mandeb qui sépare l’Afrique et l’Arabie.

La region d’Obock

Cette Position géographique a intéressé la France lors de sa conquête coloniale au 19ème siècle dés 1862.

Obock a été la capitale de la Colonie d’«Obock et Dépendances » jusqu’en 1892.

Elle fut donc pendant une trentaine d’années un dépôt de charbon pour les navires français allant ou revenant des colonies françaises d’Asie et de Madagascar.

De cette époque il reste quelques traces de nos jours dont :

  • La résidence du premier gouverneur de la colonie, Léonce Lagarde, servant actuellement à héberger les hôtes de marque du préfet de la région;
  • Le cimetière chrétien où sont enterrées les victimes de la malaria en Indochine décédées pendant le voyage de rapatriement;
  • La case de passage d’Arthur Rimbaud célèbre poète français reconverti dans le trafic des armes avec l’Ethiopie, qui est passé à OBOCK en Mars 1883 et en Août 1887;
  • Des constructions avec des pierres madréporiques réalisées par des commerçants originaires du Yémen;
  • Une digue actuellement ensablée qui servait de jetée.

Obock fut abandonnée, comme capitale de la Colonie Française, en 1892.

On lui préféra la rade de Djibouti plus accessible aux bateaux et  plus prés de la route traditionnelle suivie par les caravanes de chameaux qui commerçaient avec l’Abyssinie depuis plusieurs siècles et qui reliaient les deux villes antiques :  Zeila sur la côte de l’Océan Indien et Harrar sur les plateaux éthiopiens.

Obock est alors redevenue une petite bourgade tranquille, trop éloignée de la Capitale et qui a survécu grâce à la pêche et de l’élevage traditionnels de son arrière pays.

Au début du XXème siècle, un aventurier Français devenu un auteur célèbre y a élu

domicile pendant plus de deux décennies. Il s’agit d’Henry de Monfreid qui a fait du  trafic en tout genre dans la région (des armes à la drogue). Sa maison occupait l’emplacement actuel de la mission catholique.

Aujourd’hui, la Population d’Obock, d’environ 10 000 habitants, est constituée d’une majorité d’anciens pasteurs nomades et d’une minorité de pécheurs et de commerçants originaires du Yémen qui se sont très bien intégrés à la population locale traditionnellement très hospitalière.

La région d’Obock possède des potentialités touristiques importantes et insuffisamment exploitées : ses belles plages désertes, ses mangroves sauvages de Godoria et de Khor Angar et ses  fonds sous-marins d’une exceptionnelle beauté peuplés d’innombrables espèces de poissons.

A 70 kms au Nord d’Obock se trouve les Sept Frères un site de prédilection pour tous les amateurs de plongée. Le site est composé de six petites îles volcaniques + une presqu’île. Le spectacle sous-marin est magnifique et les fonds sont tout à fait exceptionnels. La faune est très diversifiée : tortues, murènes, requins, dauphins, raie manta….

Au nord-est d’Obock se trouve le massif montagneux des Mablas, encore très méconnu, qui est coiffé de la seconde forêt du pays (à 12

LA RESIDENCE LEONCE LAGARDE

50m d’altitude).

Le site est magnifique et le gibier y est abondant: cynocéphales en grand nombre, autruches, léopards et panthères entre autres.

L’air est frais et vivifiant, et les espèces végétales sont les mêmes qu’au Day, grâce à la présence d’une chute d’eau et de plusieurs sources.

Enfin, les richesses culturelles du peuple afar méritent d’être connus. A l’origine semi-nomade, les afars possèdent une organisation sociale très structurée et des règles de vie commune qui leur ont permis de survivre pendant des siècles dans un milieu qui devient de plus en plus aride à cause des changements climatiques.

Avec la construction d’une nouvelle route qui la relie à Tadjourah et à Djibouti, l’agrandissement de son port et la livraison d’un nouveau ferry qui assure les liaisons avec la capitale, Obock possède, aujourd’hui, des outils nécessaires pour développer ses potentialités touristiques.

LE CIMETIÈRE MARIN

odio dictum sit dolor at quis Aliquam ultricies ut quis,